Follow Us On

Slider

Organisé à l’initiative de la Commission de l’océan Indien, le 2e Forum régional sur l’énergie durable s’ouvre à l’île sœur le mardi 9 avril. Faisant suite à la première édition organisée à Maurice en mai dernier, c’est une plateforme pour les experts des différentes îles de l’océan Indien où discuter de l’énergie verte au sein des territoires insulaires.

Efficacité énergétique et enjeux sociétaux de la transition énergétique sont les thèmes du forum qui verra la participation de l’ambassadrice de l’Union européenne auprès de Maurice et des Seychelles, Marjaana Sall ; Didier Robert, président de la Région Réunion qui cumule également les fonctions de vice-président pour l’Afrique australe et l’océan Indien du réseau nrg4SD.

Entre autres, Marc Dubernet, directeur régional de l’Agence Française pour le développement (AFD) animera une table-ronde sur la vulnérabilité des Etats insulaires face aux changements climatiques. Pierre Tulet, directeur du Laboratoire de l’atmosphère et des cyclones de l’université de La Réunion, évoquera les évolutions climatiques dans le sud-ouest de l’océan Indien, alors qu’Alexandre Lauret de l’AFP fera le point sur les études de vulnérabilité côtières menées à Maurice.

Simon Benmarraze, responsable de programme de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA), prendra la parole, tout comme Mickael Apaya, chef du Project Management Unit (PMU) chez Business Mauritius, sur le programme régional d’efficacité énergétique.

Jean-Michel Quevauvilliers, directeur général de la société mauricienne ETMS, parlera, de son côté, des avancées techniques pour l’instrumentation des sites tertiaires, tandis que Chavan Dabeedin fera une présentation des ambitions solaires du Central Electricity Board (CEB). Celui-ci évoquera les enjeux liés aux Smart City, sujet qui sera développé par l’ingénieur du groupe Omnicane autour du projet Mon Trésor, Joshua Desjardins.

Parmi les nombreux universitaires qui seront sur place, le Pr Khalil Elahee donnera un aperçu des formations offertes par le campus de Réduit. Deux étudiants mauriciens, à savoir Marie-Christine Ravanne de l’université des Mascareignes et Keshav Augnoo, étudiant à l’université de Maurice, participent également à ce forum.

Il faut aussi savoir que c’est une Mauricienne, Véronique Espitalier-Noël qui est chargée de mission à la COI pour le programme ENERGIES qui est derrière la tenue de ce forum dont le but principal est de mettre en réseau tous les acteurs de la filière des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Ce, afin qu’ils puissent faire des échanges sur les dernières avancées en matière de gouvernance de l’énergie, d’intégration des énergies renouvelables dans les systèmes électriques et d’amélioration de l’efficacité énergétique.

Le programme ENERGIES est financé à hauteur de 15 millions d’euros par le 10e Fonds européen de développement (FED). Depuis sa création en 2014, 16 projets ont été cofinancés sous l’Appel à Propositions à hauteur de 4,2 millions d’euros. Un Club des électriciens regroupant les sociétés nationales d’électricité de l’Indianocéanie et la formation de journalistes de la région aux enjeux de la transition énergétique font partie des projets réalisés.

Même si les pays membres de la COI ont des économies et des secteurs d’énergies hétérogènes, 81% de leur énergie primaire consistent d’hydrocarbures. Les Comores et Madagascar importent 90% de leurs besoins alors que les produits pétroliers représentent la majorité de l’approvisionnement énergétique de Maurice et des Seychelles, soit 52% et 95%, ce qui a une incidence sur le coût de l’énergie, de la balance de paiements et autres.

Un partenariat tripartite avait été signé en 2017 entre le ministère mauricien de l’Energie et des Utilités publiques, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie de La Réunion (Ademe) et l’AFD. Mauriciens et Réunionnais se sont engagés à renforcer l’intégration des énergies renouvelables. Les premiers ont pour ambition de faire grimper sa part d’énergies renouvelables de 20% à 35% à l’horizon 2025.

Facebook Comments