Rs 1 milliard. C’est le montant du financement qu’apportera avec l’Agence française de développement à Maurice. L’organisme compte accompagner Maurice dans le développement du port. Cette somme « est assortie d’un composant de don » de l’ordre de Rs 48 millions, est-il indiqué dans le communiqué du ministère des Finances.

Lors de la cérémonie de signature de l’accord de financement, qui a eu lieu au siège de l’AFD à Paris, Vishnu Lutchmeenaraidoo a dit souhaiter que l’AFD continue de « jouer un rôle actif dans la construction du nouvel édifice de l’économie mauricienne ». Le développement du port devrait, en effet, aboutir sur une smart city dédiée à la logistique et aux opérations portuaires. Passant d’une superficie de quelque 1,5 kilomètre de la côte nord-ouest à près de 7 km.

Une partie de la somme allouée par l’AFD sera utilisée pour l’achat d’équipements « sophistiqués » pour la Cargo Handling Corporation. Le quai du Mauritius Container Terminal doit aussi être agrandi. Ce qui permettra de réduire les temps d’embarquement et de débarquement, notamment pour les gros porteurs de la marine marchande. Le nouveau port accueillera, entre autres, des facilités pour l’approvisionnement en carburants, une marina, un port de croisières ainsi que de nouveaux espaces pour conteneurs.

Cette mission de cinq jours en France a aussi été l’occasion pour le ministre des Finances mauricien de présenter divers projets censés booster notre économie. A l’instar des zones économiques spéciales au Sénégal, au Ghana et à Madagascar, et pour lequel l’AFD a « exprimé son intérêt ».

Le mercredi 24 juin, c’est avec Annie Girardin, la secrétaire d’Etat chargée du développement et de la Francophonie, que Vishnu Lutchmeenaraidoo s’est entretenu. Il a notamment été question du Sommet sur le climat (COP21), qui se tiendra à Paris en décembre, et de « la mise en place de systèmes d’alerte précoces face aux catastrophes climatiques », indique un porte-parole du Quai d’Orsay.

La veille, le ministre des Finances mauricien signait une convention d’échange de renseignements avec l’OCDE. Tandis que lundi, Vishnu Lutchmeenaraidoo a rencontré le secrétaire d’Etat au Budget, Christian Eckert. L’occasion de discuter des projets phares de Maurice dans divers secteurs, à l’exemple des smart cities et des technologies de l’information et de la communication, et du soutien que Maurice souhaite de la France.

La délégation mauricienne comprend : Dev Manraj, secrétaire financier, Gérard Sanspeur, président du Board of Investment (BOI), Joël Rault, ambassadeur de Maurice en France, Premode Neerunjun, Deputy Permanent Secretary aux Finances, et Ken Poonoosamy, directeur général du BOI.