Ce n’est pas de la drogue synthétique qui a été retrouvée dans le laboratoire clandestin où Kusraj Lutchigadoo a été interpellé dans la nuit du vendredi 30 mars au domicile de sa belle-famille, à Sewraj Road, Triolet. C’est ce qu’a confirmé un enquêteur de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) devant la Bail & Remand Court (BRC), à Port-Louis, mercredi.

Contre-interrogé par Me Rama Valayden, un des avocats du suspect parmi le panel composé de Mes Gavin Glover, Samad Golamaully et Yash Bhadain, l’enquêteur a indiqué que le Forensic Science Laboratory (FSL) n’a trouvé aucune trace de drogue synthétique dans la substance saisie. C’est ce qu’ION News avait révélé le 18 juillet dernier.

Face à ce développement, Me Valayden a présenté une motion afin que l’accusation provisoire de trafic de drogue qui pèse contre Kusraj Lutchigadoo soit rayée devant le tribunal de Pamplemousses. Et qu’il soit remis en liberté. Le Directeur des poursuites publiques (DPP) fera connaître sa position le mercredi 3 octobre prochain.

Il ressort au sein de l’ADSU qu’il y a suffisamment d’éléments pour démontrer que le ce mécanicien de la route Bassin, Quatre-Bornes, s’adonnait à la fabrication de drogue synthétique. Outre un kilo d’une substance qui n’est pas de la drogue synthétique, 300 paquets de thé en poudre et des produits chimiques qui entrent dans la fabrication de drogue synthétique et une somme de Rs 301 700 avaient été saisis. Sans compter une BMW M6 appartenant à une discothèque réputée de Grand-Baie.

Kusraj Lutchigadoo, lui, nie tout lien avec ce laboratoire clandestin. Il soutient que le soir de son arrestation, il s’était rendu chez des proches pour récupérer des documents et qu’il était en route pour la discothèque de Grand-Baie. Le suspect est déjà sous le coup d’une autre enquête ouverte par le Central Criminal Investigation Department (CCID) pour être sorti prendre l’air du centre de détention de Vacoas.

Outre son escapade nocturne, les données de deux de ses téléphones portables saisis lors de son interpellation ont été «effacés». Sinon, le frère cadet du suspect, Kelvy Lutchigadoo, arrêté en décembre dernier dans l’enquête sur l’importation de 329 grammes de drogue synthétique de France. Il était recherché après avoir pris la fuite lors d’une «controlled delivery» un mois plus tôt à Réduit. Kevin Chocklingum était venu récupérer le colis et l’a dénoncé comme étant le récipiendiaire.