L’administration carcérale n’offrira plus de cigarettes aux détenus en échange de menus travaux. Ils seront payés en espèces et, s’ils le désirent, ils pourront utiliser ces «earnings» pour acheter les 230 000 cigarettes valant près de Rs 1,3 million que le Mauritius Prison Service (MPS)  a en stock.

Ce lot avait été acquis, comme c’est la pratique, pour les offrir aux prisonniers. Dépendant de leur compétence pour certains travaux, ils recevaient 12, 14 et 16 cigarettes. La fin de cette distribution a été décidée la semaine dernière à l’issue des conclusions de la commission d’enquête sur les drogues présidée par l’ex-juge Paul Lam Shang Leen.

Paul Lam Shang Leen et ses assesseurs, Sam Lauthan et Ravind Domun, considèrent que la cigarette doit être interdite en milieu carcéral. Notamment en vertu des Public Health Regulations et du fait qu’elles servent de monnaie d’échange. «[…] it would be an opportunity for those addicted to tobacco to get purged while serving sentence», écrivent-ils.

Le Commissaire des prisons, Vinod Appadoo, explique néanmoins qu’une telle mesure sera difficile à adopter, mais que les prisonniers devront décider s’ils vont s’offrir des cigarettes avec les Rs 500 auxquelles ils ont droit chaque semaine ou des friandises. «Nous n’allons pas pouvoir interdire la cigarette de manière unilatérale. Nous sommes en train d’adopter des mesures afin qu’ils arrêtent le tabac», souligne-t-il.

«La pratique d’offrir des cigarettes aux prisonniers remonte à belle lurette. Des instructions ont été données pour y mettre un terme. Nous avons cependant un stock de 230 000 cigarettes. Nous n’allons pas les détruire. Il va falloir les vendre aux prisonniers. Un comité s’est réuni sur la question mardi et la vente va débuter le 15 août», précise Vinod Appadoo.