Le secrétaire général de l’Association des consommateurs de l’île Maurice (ACIM) ne décolère pas. Selon Jayen Chellum, le prix d’une série d’aliments : pains tranchés, ail, oignon, riz basmati ou encore diesel et essence sont largement surévalués. L’ACIM estime ainsi que le différentiel entre ce que coûte l’oignon ou l’ail à l’importation et les prix de marché pratiqués est largement exagéré.

L’ACIM souhaite, du coup, rencontrer Mahen Seeruttun ainsi qu’Ashit Gungah, respectivement ministre de l’Agro-industrie et du Commerce et de l’Industrie pour faire en sorte que des commerçants n’abusent pas des prix libéralisés sur certains aliments pour pratiquer des marges exorbitantes.