Aujourd’hui n’est pas encore le dernier jour qu’Ameenah Gurib-Fakim occupe son bureau au château du Réduit. Après la rencontre jugée infructueuse avec sir Anerood Jugnauth hier après-midi, c’est le Premier ministre en personne qui s’est rendu à la State House pour lui dire qu’elle avait le choix entre se désister ou partir dans le déshonneur. Car le gouvernement entend mettre en œuvre la procédure de destitution, conformément à l’article 30 de la Constitution.

Il nous revient qu’au fil des discussions, la présidente de la République aurait craqué, notamment à cause de considérations personnelles et après des discussions avec des membres très proches de sa famille.

Selon nos recoupements, la présidente de la République aurait demandé à partir après plusieurs semaines. Puis se serait ravisée, en suggérant de quitter son poste peu après la fin des célébrations de l’indépendance. La position initiale de l’Hôtel du gouvernement était qu’Ameenah Gurib-Fakim quitte le Château du Réduit avant l’arrivée du président indien, au risque de subir un boycott systématique, et donc humiliant, durant les fêtes.

Mais une réunion prévue ce matin a permis de décanter la situation. Résultat : la présidente de la République restera très probablement en poste et participera aux célébrations de l’indépendance. Son départ devrait intervenir dans les jours, si ce n’est les heures suivant le départ du président indien, Ram Nath Kovind.