Une semaine, aujourd’hui, depuis qu’Israël bombarde la bande de Gaza. Et le bilan ne cesse de s’alourdir. Ce matin, Israël a lancé des raids aériens sur trois camps d’entraînements de la branche militaire du Hamas et sur des bâtiments à Gaza. Des blessés sont à déplorer. Tandis qu’un drone provenant de Gaza a été abattu au-dessus d’Ashdod.

Hier, les forces israéliennes ont fait leur première offensive terrestre de ce qu’elles soupçonnent être un site de tirs de missile. Les autorités insistent sur le fait qu’elles visent des militants du Hamas et des « sites terroristes », dont les résidences des militants de haut rang. Toujours selon les autorités, Israël a essuyé 130 tirs de roquette hier, et plus de 940 depuis une semaine.

Israël ayant émis des avertissements, hier, à l’effet qu’il viserait la partie nord de Gaza pour tenter de stopper les tirs de roquette des militants du Hamas, plusieurs milliers de Palestiniens ont fui la zone. Selon les Nations unies, quelque 17 000 personnes sont venues trouver refuge dans ses installations.

gaza civils

Photo (via BBC) : Quelque 800 Palestiniens ayant la double nationalité ont quitté Gaza hier en passant par l’Erez Crossing.

Selon les autorités à Gaza, 172 Palestiniens sont décédés – dont une trentaine d’enfants et 18 membres d’une même famille samedi soir – et 1 260 blessés. Des chiffres qu’un porte-parole des forces de défense israéliennes (FDI) estime non objectifs, Israël, dit-il, ayant annulé certaines attaques de peur de tuer des civils.

gaza rafah

 

Photo : Des civils inspectent les dégâts à Rafah.

« Nous ne voulons pas blesser les civils à Gaza, mais ces civils doivent savoir que rester à proximité de terroristes et des infrastructures du Hamas est très dangereux », a déclaré le FDI. Selon les Nations unies, 77 % des de ceux décédés à Gaza sont des civils. Jusqu’à présent, aucun décès n’est à déplorer du côté israélien.

« Nous sommes navrés pour les morts accidentels de civils », a affirmé le Premier ministre israélien. Mais, insiste Benjamin Netanyahou, « c’est le Hamas qui porte l’entière responsabilité de ces pertes civiles ». Le but de ses attaques, souligne un officiel israélien, est de ramener le calme à Israël pour une période continue, « Cet objectif sera atteint par la voie militaire ou diplomatique, dit-il. Israël considérera toute suggestion qui permettra d’atteindre ce but. »

De l’autre côté de la frontière, on ne compte pas non plus lâcher l’affaire. « Les factions à Gaza ne vont pas se rendre et vont continuer à se battre. Nétanyahou parle, mais ne nous sommes pas impressionnés par ses propos », a déclaré Abou Hamad, porte-parole de l’aile militaire du Hamas. « La balle est dans le camp d’Israël. Nous n’accepterons rien de moins que la fin de l’agression israélienne et la fin du blocus de Gaza », a-t-il poursuivi.

Le président palestinien a, pour sa part, demandé formellement que l’Etat soit placé sous « le régime de protection internationale de l’Onu ». Tandis que les Nations unies ont lancé un appel au cessez-le-feu et au démarrage des pourparlers de paix. A travers le monde, les gens se mobilisent pour réclamer que cessent les hostilités à Gaza.

HONG KONG-ASIA-PALESTINIANS-ISRAEL-CONFLICT-DEMO

 

Photo (AFP/ Alex Ogle via The Times of Israel) : Une marche de protestation contre l’intervention militaire d’Israel à Gaza a mobilisé quelques centaines de manifestants, hier, dimanche 13 juillet, à Hong Kong.

Sources : Le Huffington Post, BBC, Reuters, Le Monde, The Guardian

Photo principale (AP Photo/Hatem Moussa via The Independent) : Des Palestiniens inspectent ce qui reste d’une maison, à Gaza, après qu’elle a été touchée par un missile israélien.