Les choses s’activent ces jours-ci pour la réouverture de Courts-Mammouth et la présentation de sa nouvelle identité. La reprise de Courts par le consortium mené par David Isaacs fait cependant toujours débat. Reza Uteem s’est intéressé à la lettre datée du 27 août et adressée à Yacoob Ramtoola, administrateur spécial de la BAI. Il a ainsi souhaité connaître la position de Roshi Bhadain à ce sujet. Le ministre des Services financiers estime, pour sa part, que c’est une affaire à être réglées par les deux parties.

Reza Uteem a fait ressortir que Roshi Bhadain, lors d’une précédente séance parlementaire, avait déclaré que l’offre faite par Mammouth était meilleure que celle faite par Hillbrow (soit Courts Asia). Sauf qu’après évaluation des special administrators, l’offre de la compagnie singapourienne était la meilleure, selon les informations dont dispose Reza Uteem.

Ce que réfute catégoriquement Roshi Bhadain, qui juge que Courts Asia a été « induit en erreur par les special administrators ». Le ministre explique que les deux soumissionnaires avaient été prévenus du fait que l’aspect social serait prioritaire et qu’il était primordial de sauvegarder le maximum d’emplois. Or, dit-il, l’offre de Courts Asia n’allait pas dans ce sens. « La FSC a pris la bonne décision et je n’ai aucun doute à ce sujet. » Avant de rappeler que suite à cette décision, 720 des 900 employés de Courts ont été préservés, les 180 restants ont été dûment compensés.

Reza Uteem insiste alors sur le fait que Courts Asia était prêt à retenir 85% des employés contrairement à Mammouth, qui n’a préservé que 80%. De plus, l’entreprise singapourienne proposait, de ses propres fonds, Rs 26 millions en termes de compensation contre Rs 6 millions pour Mammouth qui a aussi sollicité des fonds du gouvernement pour Rs 6 milllions supplémentaires. « Maintenez-vous toujours que l’offre de Courts Asia n’était pas la meilleure ? », interroge le député mauve.

Roshi Bhadain campe sur ses positions : « Oui, je maintiens ce que j’ai dit. » Précisant que les chiffres avancés par Courts Asia sont tombés après la décision finale de la FSC. Il ajoute que c’est facile pour Courts Asia de s’adresser à la presse après coup et de dire que l’entreprise proposait de meilleures solutions. Si le gouvernement avait accepté leur offre, « we would have come up against a brick wall ».

Par ailleurs, la Financial Services Commission a approuvé une « offre acceptable » concernant le rachat des 23,3% d’actions détenus par la British American Insurance Co (Mtius) Ltd au sein de British American Investments Company (Kenya) Ltd (aussi appelé Britam), compagnie d’assurance au Kenya. Le ministre n’a toutefois pas voulu en donner les détails à cause de la nature confidentielle des discussions.

Reza Uteem a souhaité savoir si les administrateurs spéciaux avaient reçu deux offres de rachat s’élevant à Rs 4,1 milliards et Rs 4,5 milliards respectivement. Une information démentie par Roshi Bhadain qui estime que le député mauve a été « mal informé ». Le ministre se félicite cependant du fait que l’offre reçue soit plus élevée que la ligne de crédit de Rs 3,5 milliards accordée par la Banque de Maurice pour repayer les clients du plan Super Cash Back Gold. L’acheteur s’est d’ailleurs engagé à verser 10% du montant dans un compte séquestre.

Répondant à Paul Bérenger, Roshi Bhadain a assuré que la ligne de crédit n’est pas remboursée par des fonds publics.