Follow Us On

Slider

Une histoire de cuisine l’aura perdue. Sara Netanyahu, l’épouse du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, a finalement été condamnée ce dimanche 16 juin pour dilapidation de fonds public.

Après avoir négocié un accord avec le ministère public, elle a écopé d’une amende de 15 000 dollars pour avoir reconnu les faits qui lui sont reprochés. Elle devra, en outre, rembourser à l’Etat israélien l’argent qu’elle a dépensé. Son époux devra lui aussi faire face à une action en justice d’ici la fin de l’année dans une affaire de corruption et il risque la prison.

Sarah Netanyahu, elle, était accusée d’avoir claqué 100 000 dollars en frais de bouche dans de grands restaurants entre 2010 et 2013 pour des proches et sa famille alors qu’elle dispose des services d’un cuisinier à domicile payé par l’Etat israélien. Une ex-salarié du bureau du Premier ministre, poursuivie dans cette affaire pour avoir fait croire que le couple premierministériel ne disposait pas des services d’un cuisinier, a écopé d’une amende de 3 000 dollars.

Surnommée par la presse israélienne de «Marie-Antoinette» pour sa propension à maltraiter ses employés de maison, cette psychologue de 60 ans a déjà été condamnée en 2017 à payer des dommages de plusieurs dizaines de milliers de dollars à deux d’entre eux. Elle fait actuellement face à un troisième procès en réclamation d’une ex-employée qui l’accuse de l’avoir traitée comme une «esclave».

Quant à Benjamin Netanyahu, il est soupçonné d’avoir accepté de somptueux cadeaux de milliardaires en échange de certaines faveurs. Ces cadeaux vont de cigares aux bouteilles de champagne ainsi que de bijoux. Dans un autre cas, il aurait comploté avec un quotidien israélien pour s’attaquer à un autre titre de presse.

Une troisième affaire implique un site d’information proche d’une société de téléphonie à qui il a promis des contrats en échange d’une couverture partisane de ses activités politiques. Le Premier ministre israélien a démenti ces allégations, soutenant être victime d’un règlement de comptes.

Facebook Comments