Ce mois d’avril marque un anniversaire sanglant. Le 22e des massacres de Tutsis au Rwanda. La communauté rwandaise à Maurice tiendra un rassemblement à l’occasion de ce triste événement le vendredi 15 avril. L’objectif : rendre hommage aux victimes mais aussi sensibiliser le public sur ce drame qui a vu l’extermination d’environ 1 million de personnes, en majorité des Tutsis, en 1994.

Actuellement, la communauté rwandaise de Maurice compte une trentaine de personnes, majoritairement des étudiants. La plupart réside dans l’île depuis au moins cinq ans. Marqués par leur Histoire, ils souhaitent partager cet événement important avec la population mauricienne.

A l’hôtel Hennessy Park, où le public est invité, il y aura donc une minute de silence et des bougies allumées en souvenir des victimes. Pour les organisateurs, mieux connaître les circonstances entourant ce génocide permettra d’éviter que cette situation ne se reproduise. Durant la cérémonie, un documentaire sera diffusé et des photographies seront aussi exposées. Puis, une discussion ouverte sous forme de questions-réponses clôturera la commémoration.

Cette première édition, qui aura lieu de 16h30 à 19h, est soutenue par le Rotary Club de Port-Louis et le Lions Club d’Ebène qui défendent une politique de lutte contre la violence et les injustices. Le témoignage du vécu de la population rwandaise est donc un exemple fort qui pourrait servir de lègue pour la future génération.

Le génocide du Rwanda a eu lieu d’avril à juillet 1994. Seulement 100 jours de massacre et près de près de 1 million de Tutsis et Hutus modérés ont été assassinés. Il s’agit de l’ethnocide le plus rapide de l’Histoire. Il a été orchestré par les extrémistes Hutus, la communauté majoritaire au pouvoir au Rwanda depuis 1962.

L’incident que l’on considère avoir mis le feu aux poudres, après des semaines de violences : l’attentat perpétré contre le président rwandais d’origine Hutu, le 6 avril. L’avion qui ramène Juvénal Habyarimana est abattu par des missiles au-dessus de Kigali, il n’en réchappera pas. Commencent alors les exactions, avec la complicité de l’armée qui entre-temps a pris le pouvoir.

Face à l’inaction de la communauté internationale, 4 millions de Rwandais ont dû fuir vers des pays voisins (Ouganda, Congo, Burundi, Tanzanie).

Photo (Jon Warren/WorldVision) : Le Pasteur Tutsi Anastase Sabamungu et Joseph Nyamutera, enseignant Hutu, dans un cimetière rwandais où reposent 6 000 victimes du génocide.