La Commission de l’océan Indien (COI) souhaite être la porte-parole des états insulaires de la région ainsi que de l’Afrique au niveau des instances internationales. C’est qu’à fait ressortir Vishnu Lutchmeenaraidoo, président sortant de cette instance, à l’issue de la passation de pouvoir avec le vice-président des Seychelles, Vincent Meriton, et accessoirement ministre des Affaires étrangères, lors du 33e Conseil des ministres de la COI.

Il a expliqué avoir multiplié des initiatives en faveur du principe de traitement différencié pour les états insulaires, d’où son plaidoyer au récent Sommet Chine-Afrique. Il estime qu’il faut rassembler les états insulaires du bloc Afrique Caraïbes Pacifique (ACP). Le chef de la diplomatie mauricienne a aussi profité de l’occasion pour annoncer la tenue d’une semaine de la COI à l’occasion du 50e anniversaire de l’accession de Maurice à l’indépendance, notamment dans le domaine culturel et gastronomique.

Hamada Madi, le secrétaire général de la COI, a évoqué les transformations en cours au sein de l’organisation et le probable élargissement des conditions d’adhésions et le possible envoi d’observateurs lors des élections dans les états-membres. En termes de projets, il a énuméré la reconduction du système de veille sanitaire, la conférence sur la sécurité maritime dans la région, la lutte contre la pêche illégale, et l’organisation d’une conférence sur la sécurité alimentaire à Madagascar afin de retransformer ce pays en grenier de l’océan Indien.

Quant à Vincent Meriton, il a parlé de l’importance des projets d’avenir et de la nécessité des états membres à partager leurs réussites « pour le bien de nos populations ».