Il est 11h31, ce jeudi 26 mai. Pravind Jugnauth, le ministre des Finances, fait son entrée au Parlement. Deux heures plus tôt, après une absence de 11 mois, il est revenu aux affaires après avoir prêté serment comment Grand argentier. Ses collègues de la majorité l’accueillent chaleureusement en frappant leurs pupitres pendant de longues secondes.

Le ministre des Finances parcourt quelques mètres sous les applaudissements et gagne sa nouvelle place. Fini les travées des backbenchers, il est désormais assis à côté de Vishnu Lutchmeenaraidoo, son prédécesseur au ministère des Finances. Celui-ci, ainsi que ses deux autres voisins – Yogida Sawmynaden et Nando Bodha –, sont tout sourire.

Comme à son habitude, Pravind Jugnauth demeure relativement discret. Il place ses dossiers sur son pupitre, sourit à ses voisins. Levant la tête vers les travées de l’opposition, c’est le regard de Paul Bérenger qu’il croise. Les deux hommes échangent un sourire. Mais le ministre des Finances est immédiatement happé par une conversation avec Vishnu Lutchmeenaraidoo, qui parle à l’oreille du leader du MSM. La conversation ne sera interrompue qu’avec l’arrivée de la Speaker Maya Hanoomanjee.

Les travaux parlementaires débutent par une motion du Premier ministre. L’ambiance est bon enfant, sir Anerood Jugnauth (SAJ) sourit, les députés de la majorité et de l’opposition affichent une certaine bonne humeur. Pravind Jugnauth n’accorde que peu d’attention aux discours d’Aurore Perraud, puis de Paul Bérenger. Ils prennent tous deux la parole lors des débats sur le National Wage Consultative Council Bill.

Pendant ce temps, Pravind Jugnauth lit ses notes. De temps en temps, il discute avec son voisin Lutchmeenaraidoo ou consulte son téléphone portable. Le ministre des Finances accorde néanmoins toute son attention au discours de SAJ sur le projet de loi.

A la fin de son discours, le Premier ministre demande la permission au Speaker de répondre en quelques mots aux critiques récentes de l’opposition. SAJ a à peine le temps de récuser l’accusation de « part time Prime minister », Roshi Bhadain l’interrompt. « Part time minister but full time results », clame-t-il fièrement. « Twa al anbras lame », entend-on des travées de l’opposition d’où fusent des rires. Pravind Jugnauth contient mal son amusement, tandis que ses camarades de la majorité rient sous cape.

Mais la boutade n’amuse que moyennement le ministre de la Bonne gouvernance qui s’en prend une nouvelle fois à Reza Uteem. Devant le brouhaha, Maya Hanoomanjee rappelle les députés à l’ordre. Le calme n’est que temporaire car c’est désormais Rajesh Bhagwan et Roshi Bhadain qui s’invectivent. Conduisant une nouvelle fois la Speaker à intervenir et à rappeler le Whip de l’opposition à l’ordre. Suscitant la colère de Bérenger : « Call KGB to order », proteste le leader de l’opposition. Mais la Speaker lui rappelle illico que Roshi Bhadain a obtempéré et garde désormais son calme. L’intervention de Maya Hanoomanjee, loin de ramener le calme, conduit d’autres députés à élever la voix. Les dominant tous de la voix, Bhagwan lance alors un sonore « He is a s… », en parlant de Roshi Bhadain.

C’est finalement sir Anerood Jugnauth qui ramène le calme dans l’hémicycle. « Ale, cool, cool », lance-t-il tout sourire aux députés, avant de terminer son discours quelques minutes plus tard, vers 12h45. Les travaux de l’Assemblée nationale ont repris une heure et demie plus tard.