C’est entouré de Ravi Yerrigadoo et de Roshi Bhadain que Pravind Jugnauth est revenu sur la soirée du 16 février dernier. Irrité par les commentaires de Paul Bérenger sur cette soirée lors de la Private Notice Question de jeudi dernier, le ministre des Technologies de l’information et de la communication a défié le leader de l’opposition de répéter ses propos hors de l’Assemblée nationale où il dispose de l’immunité par rapport aux poursuites. Il a également répondu aux critiques adressées aux trois membres du gouvernement par Bérenger à l’effet qu’ils se sont substitués aux organismes chargés de telles enquêtes.

A une question d’ION News sur le rôle de Rakesh Gooljaury auprès du gouvernement sur le dossier Dufry et plus largement sur l’affaire Ramgoolam, Pravind Jugnauth a insisté: « la page n’a pas été tournée » sur ce qu’a pu faire l’homme d’affaires controversé dans le passé. Toutefois, précise Jugnauth, le gouvernement accueillera l’initiative de toute personne souhaitant collaborer afin de faire la lumière sur d’éventuelles transactions douteuses effectuées durant le mandat de Navin Ramgoolam.

Et quid de Nandanee Soornack ? Selon le ministre des TIC, le gouvernement verra d’un bon oeil son retour au pays et s’assurera qu’elle puisse donner sa version des faits en toute sécurité. Toutefois, il affirme qu’aucun traitement de faveur ne lui sera étendu. Avant de lâcher que selon ses renseignements, cette intime de Navin Ramgoolam aurait fait savoir qu’elle ne compte pas « porter le chapeau seule ». Laissant entendre qu’elle pourrait fournir aux enquêteurs de la police de précieux renseignements sur l’affaire Dufry et, potentiellement, sur les sommes découvertes chez l’ancien Premier ministre.

Pravind Jugnauth a aussi réagi aux spéculations selon lesquelles un arrangement similaire à celui liant Dufry à Frydu existait du temps où Heinemann Duty Free fournissait les boutiques hors taxes de Mauritius Duty Free Paradise. L’ancien ministre des Finances a nié toute implication dans ce dossier du temps où il détenait ce portefeuille, soit entre 2003 et 2005 sous le gouvernement MSM-MMM d’alors.