Le ministre de l’Enseignement supérieur répond aux attaques dont il fait l’objet depuis quelque temps déjà. Dans une lettre circulée aujourd’hui, Rajesh Jeetah revient, par le biais de son service de communication, sur les soupçons de conflit d’intérêts qui pèsent sur lui – notamment vis-à-vis de la EIILM University que gère sa famille.

Le communiqué rappelle ainsi que depuis juillet 2007, « le TEC Act fut amendé et tous les pouvoirs discrétionnaires du ministre en ce qui concerne l’enregistrement des institutions d’enseignement supérieur furent enlevés ».

image1

image2

image3