Follow Us On

Slider

La Competition Act est une loi technique et la Competition Commission of Mauritius (CCM) demeure une institution peu connue du grand public. Toutefois, Deshmuk Kowlessur assure qu’après dix ans d’opération, la CCM a laissé son empreinte dans le milieu des affaires, où elle est chargée de faire respecter les règles de la concurrence.

Selon Kowlessur, l’action de la CCM a eu des répercussions positives pour les consommateurs aussi bien dans les secteurs de l’assurance que pour les produits de grande consommation. Le directeur exécutif de l’institution estime également que les avis donnés au gouvernement ont débouché sur un plus grand choix pour le grand public. Notamment en matière d’importation de bovins.

Pour marquer sa décennie d’existence, la CCM organise cette semaine une série d’ateliers. Les enquêteurs des autorités de la concurrence de la région d’Afrique sont réunis, avec la collaboration de la Southern African Development Community et du Forum africain de la concurrence ce lundi 7 et demain 8 octobre à Bagatelle. La formation porte sur les investigations sur les cartels, dont les trucages d’appel d’offres.

Les opérateurs économiques sont, eux, conviés à faire en sorte que leurs stratégies commerciales sont en règle avec la loi de la concurrence. L’atelier du mercredi 9 octobre sera animé par Anne Riley, consultante indépendante, et John Davies, vice-président exécutif de Compass Lexecon et premier
directeur exécutif de la CCM. Des dicussions avec un panel comprenant des intervenants sud-africains, de l’université de Maurice, des hommes de loi ainsi que Chambre de commerce et d’industrie clôturera cette session.

Le même jour, le professeur Richard Whish, Queen’s Counsel, mènera un atelier à l’intention des légistes se tiendra à l’Institute of Judicial and Legal Studies of Mauritius.

Les technologies de rupture et leur impact sur les effets sur les petites économies émergentes, en prenant en compte la loi de la concurrence, sera le sujet des échanges du Prof Whish, le jeudi 9 octobre. Tandis qu’Anne Riley, John Davies et George Lipimile, CEO de la Competition Commission du COMESA, s’attarderont sur les avantages de la concurrence dans le monde des affaires.

Les décisions gouvernementales peuvent aussi influer négativement sur la concurrence. Davies animera le dernier atelier de la journée et de cette semaine sur ce sujet.

Facebook Comments