Après un interrogatoire qui a duré plus de quatre heures, Jean José Bax, président du Kolektif Ekolozik d’Albion (KEA) a pu rentrer chez lui. «Je suis libre pour l’instant», a-t-il déclaré en quittant les locaux de la Criminal Investigation Division (CID) de Port-Louis Sud ce lundi.

Il explique qu’il a dû se présenter auprès des enquêteurs car il lui est reproché d’avoir placé une banderole KEA entre Albion et Pointe-aux-Sables sans que son nom ou celui de l’association n’ait été apposé. La banderole dépeint une bombe à retardement inspirée de la série de dessins animés Tom & Jerry pour conscientiser les habitants de cette région des risques associés au projet d’un terminal pétrolier près du phare.

Jean José Bax insiste pour dire que son combat contre le projet de Petroleum Hub se poursuit qu’il représente une «vraie bombe à retardement». Le président du KEA envisage d’organiser une manifestation contre ce projet.