Elles disent ne pas comprendre pourquoi d’autres accusés ont pu prendre l’avion mais pas elles. D’autant plus, souligne Laïna Rawat, que sa sœur et elle ont pris l’engagement de voyager seules. Laïna et Adeela Rawat remarquent qu’il serait impensable qu’elles abandonnent leurs maris et enfants pour ne pas revenir au pays.

La police a objecté à la demande des deux filles de Dawood Rawat de voyager en invoquant la possibilité qu’elles ne reviennent pas ensuite au pays. L’argument ayant convaincu la magistrate Bhamini Prayag-Rajcoomar, celle-ci a maintenu l’interdiction de quitter le territoire de Laïna et Adeela Rawat.

Les deux accusées ont comparu en Cour de district de Curepipe, ce mercredi 28 décembre. Elles font face à des accusations provisoires de money laundering, conspiracy to defraud et fraudulent use of company property.