Maisons inondées, rivières en crue, ponts endommagés, rues transformés en cours d’eau… Chacun a pu constater, sur la Toile et dans les médias, les dégâts occasionnés ce dimanche par les fortes pluies associées à la dépression Haliba. Les régions les plus touchées par les intempéries : le Sud, l’Ouest et le Nord. En ce lundi, heureusement, la situation est « un peu plus calme », selon les informations obtenues auprès des Mauritius Fire and Rescue Services et des élus de la région Ouest.

En 13h ce lundi, il y a eu 28 interventions des pompiers, précise le Divisional Officer Dorsamy Ayacouty. La plus importante étant enregistrée à Flic-En-Flac et Bel-Ombre, avec plusieurs pompes sollicitées pour évacuer l’eau accumulée dans ou autour d’une trentaine de maisons. Une quinzaine d’équipes reste mobilisées sur le terrain à travers l’île, mais surtout dans ces deux localités.

Le député Ezra Jhuboo salue pour sa part l’intervention, hier, de Raj Dayal. Le ministre de l’Environnement et chargé du National Emergency Centre a mobilisé policiers et membres de la Special Mobile Force, hier, pour prêter main forte aux habitants de Bel-Ombre. Jhuboo, élu dans la circonscription Savanne/Rivière-Noire, raconte qu’il l’a sillonnée aux côtés de Joe Lesjongard, pour constater de visu les difficultés des habitants. « A Bel-Ombre, Chamouny, Rivière-Noire, Flic-en-Flac mais aussi Surinam chez la famille Gian dont le domicile a été inondé », précise Ezra Jhuboo.

En route vers Bel-Ombre, un pont est inondé. (Image : Nunjay Saggoonoo)

A Bel-Ombre, il semble que les débordements ont été causés par « une rivière sortie de son lit », avance Ezra Jhuboo. Il n’empêche qu’il « faudra trouver des solutions pour que cette situation ne se répète pas ». D’autant, poursuit le député rouge, qu’avec les « effets du changement climatique, des épisodes de grosses pluies de ce genre sont appelés à se répéter ». Pour Ezra Jhuboo, les débordements constatés en divers endroits sont « en partie dus aux déficits au niveau des infrastructures ».

Un avis que partage Véronique Leu-Govind. « Tout le réseau de drains dans notre région devrait être revue », affirme la présidente du Conseil de district de Rivière-Noire. L’Ouest fait partie des régions les plus touchées par les fortes averses. Surtout à Flic-en-Flac, Bambous, Chamarel, Tamarin et Pointe-aux-Sables, précise Dorsamy Ayacouty.

« Il faudrait aménager plus de drains, revoir les ponts à certains endroits. » Sauf que, selon elle, le budget alloué à chaque village, chaque année, ne permet la construction que… d’« un drain par an ». A Flic-en-Flac, les habitants du morcellement de Chazal se sont rapidement trouvé les pieds dans l’eau… boueuse. Certaines clôtures bétonnées ont « explosé » sous la force de l’eau, affirme-t-elle.

« La semaine dernière déjà, il y a eu des accumulations d’eau suite à des grosses averses », tout comme hier, raconte Véronique Leu-Govind. Une situation occasionnée, selon les témoignages qu’elle a recueillis, par le comblage de wetlands pour permettre des constructions dans la région. Tandis qu’à Cotteau-Raffin, les maisons inondées sont celles de « squatters qui les ont bâti en bordure d’une rivière ».

Les problèmes par temps de pluie, soutient Véronique Leu-Govind, « surviennent toujours aux mêmes endroits ». « Mes officiers et moi-même intervenons pour aider la population », dit-elle. Mais le logement temporaire dans les centres sociaux, l’intervention « rapide et salutaire » des pompiers pour évacuer l’eau, le nettoyage des rivières, bien que nécessaires, ne sont que « des mesures temporaires » et ponctuelles.

A Chamarel, dit-elle, où un pont a été endommagé, la Road Development Authority (RDA) est à pied d’œuvre depuis ce lundi matin pour qu’il soit de nouveau praticable. L’officier de cet organisme avec qui elle a discuté, dit-elle, lui a rapporté que la RDA est en attente de budget pour rapport aux ponts dans la région Ouest. Mais « il nous faut réfléchir à des solutions pérennes », plaide la présidente du Conseil de district. Et d’espérer que le gouvernement, de même que le ministère des Infrastructures publiques auprès de qui elle a sollicité un rendez-vous, « donneront la priorité aux travaux infrastructurels dont nous avons besoin ».

Les pompiers très sollicités

Depuis ce samedi 7 mars, les sapeurs-pompiers ont mené plus de 200 interventions, dont 102 rien que pour la journée de dimanche, indique le Divisional Officer Dorsamy Ayacouty. De ceux-là, 77 opérations concernaient des accumulations d’eau au niveau des maisons et des cours de particuliers. Des personnes ont également dû être évacuées à Beau-Climat, Grand-Bois et Bel-Ombre.

Les pompiers ont également été sollicités à Bel-Air, Bain-des-Dames (Port-Louis) ou encore Henrietta.

Le Divisional Officer précise que les régions les plus touchées, outre l’Ouest, sont :

– dans le Sud : Chamouny, Bel-Ombre, La Flora, Grand-Bois, Rivière-des-Anguilles et Rose-Belle

– au Nord : Grande-Rosalie, Trou-aux-Biches, Arsenal, Pamplemousses, Cap-Malheureux, Terre-Rouge et Trou-aux-Biches.

Dans la journée de samedi, les pompiers sont intervenus en 83 lieux, dont 71 pour des évacuations d’eau.