Au Parlement aujourd’hui, sir Anerood Jugnauth (SAJ) a maintenu ses propos tenus durant sa conférence de presse de ce 7 août. Selon lui, les incidents déplorés dans le Sud de l’île ce week-end ont été « politically masterminded » pour déstabiliser le gouvernement et mettre à mal l’« opération nettoyage » en cours. Le Premier ministre y voit une « conspiration contre l’Etat et le peuple de Maurice » qu’il ne compte pas tolérer.

Sir Anerood Jugnauth s’en est pris de nouveau à Rama Valayden et en veut pour preuve les propos celui-ci à Vallée-Pitot et Rose-Hill où le nouvel adhérent rouge a « exhorté le public à descendre dans la rue ‘ziska nou fer sa gouvernman-la ale’ ». Des déclarations « provocantes » similaires, selon SAJ, à ceux tenus en 1999 avant le « sinistre épisode Kaya ». Le Premier ministre a alors émis une sévère mise en garde contre le politicien.

Interrogé par Paul Bérenger qui souhaitait savoir si les allégations de complot ne concernaient pas qu’une personne, sir Anerood Jugnauth est catégorique. « J’ai de nombreuses informations. Tout ce que j’ai déclaré a été communiqué officiellement par la police. » Et de poursuivre en affirmant être en présence de conversations privées entre des agents et d’autres membres du Parti travailliste sur ce sujet. « Je sais de quoi je parle », a maintenu sir Anerood Jugnauth.

Dans sa réponse à la Private Notice Question, le Premier ministre a indiqué que dix suspects ont été arrêtés jusqu’ici : un policier et un marchand ambulant le samedi 5 septembre suite aux actes de vandalisme au kovil Amma Tookay, sept personnes pour des incidents déplorés à Camp-Diable, Rivière-des-Anguilles, Batimarais, Rose-Belle, Nouvelle-France et Chemin-Grenier du 5 au 7 septembre.

Le dixième suspect a été présenté en Cour aujourd’hui et fait face à une charge provisoire de « stirring up civil war » à travers ses posts sur Facebook. Suite aux investigations menées par le Central Criminal Investigation Department, neuf posts sur Facebook ont été identifiés comme incitant à la haine raciale.

Il se trouve également que l’un des suspects arrêtés est un employé de Mauritius Telecom impliqué dans une affaire de vol de voiture de la compagnie. Selon Paul Bérenger, lorsque la police est venue l’interpeller ce week-end, le véhicule en question était dans sa cour. Le Premier ministre a assuré que des mesures seront prises.

Sir Anerood Jugnauth a rejoint le leader de l’opposition sur le fait que la police devrait pouvoir agir et réagir plus rapidement. Le Premier ministre indique que le Commissaire de police a reçu des directives en ce sens.

Photo d’archives