Le document a soigneusement évité la polémique, c’est ce qui transpire de l’affidavit juré par Chimunlall Ghoorah en Cour Suprême en début d’après-midi. La commission anticorruption avait jusqu’au 3 août pour répondre à l’affidavit de Satyajit Boolell en date du 14 juillet.

Si dans un premier temps l’ICAC avait laissé entendre que trois affidavits allaient être jurés dès le vendredi 17 juillet, elle a reporté cette étape de procédure à lundi, puis à ce mercredi. Selon le plan d’origine, trois affidavits devaient être jurés – par l’ICAC, son directeur général Lutchmeeparsad Aujayeb ainsi que Chimunlall Ghoorah, directeur des enquêtes. Finalement, ce dernier s’est chargé de jurer un seul affidavit reprenant les arguments qui auraient été présentés dans les trois documents.