« Le droit d’aimer, qu’importe le genre ou l’orientation sexuelle… » C’est le message au cœur de la nouvelle campagne du Collectif Arc-en-ciel. Celui-ci milite pour les droits de la communauté LGBT (lesbienne, gay, bisexuel, transexuel). Une campagne représentée par le « I (heart) », pour « I love », et qui sollicite, cette fois-ci, des personnalités publiques. Et qui se poursuivra jusqu’à la Gay Pride, ou Marche des fiertés, prévue le 6 juin.

Aujourd’hui encore, avance Pauline Verner, « il y a encore une forte discrimination et stigmatisation à l’égard des personnes LGBT ». Celles-ci se voient alors rejetées par la société, mais aussi par leurs familles. « Au sein des familles, il y a encore malheureusement du rejet et des formes de violence, déplore la coordinatrice et chargée de plaidoyer du collectif, ce qui est inacceptable ».

Pour les visuels de la première campagne, lancée en février, des membres de la communauté LGBT, jusque-là anonymes, se sont mis en avant. Certains ont même pris la parole, pour expliquer leur démarche, pour raconter leur quotidien, leur lutte, leur amour.

Cette fois-ci, l’association s’est adressée à des figures plus connues, « des ‘people’ et des leaders d’opinion ». Qui, en arborant le t-shirt frappé du logo « I love », se font prendre en photo avec une ardoise sur laquelle ils écrivent la raison pour laquelle ils soutiennent la cause LGBT.

« La communauté LGBT ne demande pas de considération ni de droits spéciaux », souligne Pauline Verner. « Mais simplement à être traitée comme des citoyens égaux et non comme des citoyens de seconde zone. »

Les photos sont à découvrir sur les plateformes électroniques, notamment à travers la page Facebook du Collectif ainsi que son site Web. On y retrouve, dans cette première série, l’artiste-designer Emilien Jubeau, le militant social et directeur artistique Percy Yip Tong, l’athlète Judex Lefou, l’ex-joueuse de badminton Karen Foo Kune, ou encore Raj Makoond, très connu dans le monde des affaires.

D’autres clichés suivront, sur lesquels pourraient figurer des parlementaires. Le Collectif établit, en tout cas, des contacts en ce sens.