C’est en ce dimanche que se déroulera la cérémonie d’investiture du nouveau président malgache, Hery Rajaonarimampianina. Avec l’annonce des résultats définitifs le 17 janvier dernier, c’est au stade de Mahasima que l’investiture aura lieu alors que la passation de pouvoir se fera vraisemblablement au palais d’Etat Inovoloha.

Plusieurs chefs d’Etats ainsi que des représentants des organisations régionales seront attendus, dont la déléguée des Affaires étrangères de France, Yamina Benguigui, et plusieurs dirigeants de la SADC. Cette forte présence de dirigeants internationaux s’explique par la position stratégique de Madagascar et le renforcement des liens internationaux avec la Grande île. Avec cette mobilisation importante des dirigeants du monde, on parle de reconnaissance pour Hery Rajaonarimampianina en tant que président de la quatrième république de cette île.

Point étonnant, des lors, que l’accent sera mis sur la sécurité. Un constat des lieux a permis aux officiels militaires et aux représentants de la police d’établir une stratégie. Des mesures, dites draconiennes, seront mis en place pour assurer le bon fonctionnement de la cérémonie. « Pour la police nationale, l’effectif sera renforcé de 350 éléments qui sera déployé dans tout Tana », lance le commissaire central d’Antananarivo Germain Ratsirombahina à L’Express de Madagascar.

Des fouilles seront effectuées et tout objet tranchant, y compris couvert métallique ou en verre sera prohibé. Des policiers, en tenue civile, se fonderont dans la foule alors que les ivrognes seront interdits d’accès. La police a déjà eu vent d’éventuels fauteurs de troubles. L’aspect esthétique est tout aussi soigné.

Tana News rapporte, par ailleurs, que la municipalité d’Antanarivo travaille nuit et jour pour la cérémonie d’investiture. Les jardins sont entretenus, et plus d’agents communaux ont été affectés aux travaux d’assainissement

L’élection de Hery Rajaonarimampianina marque la fin d’une période d’instabilité politique à Madagascar qui a duré cinq ans. Le secrétaire général de la COI, Jean Claude de l’Estrac, estime d’ailleurs que cette élection est une bouffée d’air d’oxygène pour les Malgaches. Il rappelle que la Grande île affichait un taux de croissance de 5 % avant la crise.

« La Banque Mondiale chiffre  le manque à gagner pour l’économie malgache à 8 milliards de dollars pour la seule année 2013 ! », a-t-il déclaré au Mauricien. Le candidat malheureux des élections, Jean Louis Robertson, sera lui aussi présent lors de la cérémonie, montrant le retour à la stabilité à Madagascar.

 

Photo via The Herald