L’annonce a été faite à la télévision nationale hier soir, rapporte la Seychelles News Agency. L’Attorney General des Seychelles a décidé d’ouvrir une enquête judiciaire pour faire la lumière sur la mort d’Harmon Chellen. « J’ai reçu et étudié les rapports de l’enquête de police et j’ai découvert que le défunt est apparemment décédé alors qu’il était en détention », a déclaré Ronny Govinden lors de cet entretien.

Le corps du Training Centre Manager du Mauritius Institute of Training & Development avait été retrouvé flottant près de l’Islette, sur la côte ouest de Mahé, le 18 août dernier. Plus tôt dans la journée, Harmon Chellen avait été interrogé par la police suite à une plainte d’une employée de l’hôtel où il logeait. Celle-ci l’avait accusé d’agression sexuelle.

« Les circonstances me poussent à penser qu’une enquête judiciaire est nécessaire, a-t-il ajouté, et selon notre code de procédures pénales, c’est presque obligatoire. » Cela ne signifie pas pour autant, précise l’Attorney General, que l’enquête policière est bouclée ou n’a pas été faite. L’enquete judiciaire, dit-il, permettra de determiner « s’il y a eu foul play » ou si Chellen est decede de « causes naturelles ».

Selon l’autopsie pratiquée aux Seychelles, le 21 août dernier, dont les résultats avaient été communiqués par la police seychelloise, Harmon Chellen est mort noyé. La contre-autopsie effectuée à Maurice, à la demande de sa famille, avait révélé qu’il avait des blessures à la tête.

Source : Seychelles News Agency

Photo (Today in Seychelles) : Harmon Chellen (à g.) et Deepak Balgobin (à dr.), directeur des ressources humaines au Shanti Maurice, entourent Alain St Ange et Danny Faure, respectivement ministre du Tourisme et de la Culture, et vice-président des Seychelles, lors de  remise des diplômes de la Seychelles Tourism Academy, en août dernier.