Si le nouveau secrétaire général mauve est «triste» du départ de Joe Lesjongard, Raffick Sorefan et Jean Claude Barbier du MMM, il admet qu’il s’y attendait un peu. Toutefois, ces démissions interviennent, selon Ajay Gunness, au moment même où le parti entame une nouvelle phase collégiale et une réflexion profonde sur son ancrage électoral.

Les mauves, affirme Gunness, entendent mettre toutes les chances de leur côté, y compris en se présentant seuls aux prochaines élections, pour reconquérir l’électorat. Pour cela, le MMM dispose de « plusieurs premierministrables » qui pourront remplacer Paul Bérenger lors de la prochaine course électorale.

Mais cette échéance étant encore éloignée, Ajay Gunness affirme que c’est sur son rôle d’opposition que se concentre désormais le MMM. S’il y a un « respect » pour sir Anerood Jugnauth et une volonté réelle de Paul Bérenger de contribuer sur certains dossiers, notamment les Chagos, le secrétaire général des mauves affirme qu’un rapprochement avec le MSM n’est pas à l’ordre du jour. Des «dossiers» qui sortiront bientôt sur le gouvernement le sont, par contre.