Pour le ministre du Commerce, les malentendus ont été clarifiés au sujet de la voiture qu’il a achetée en 2003 et revendu en 2010. Ashit Gungah dit avoir expliqué aux enquêteurs de la Central Investigation Division (CID) de Port-Louis Nord que la carte grise (horsepower) de son ancien véhicule a été falsifiée après sa mise en vente.

Assisté de son avocat Kailash Trilochun, Ashit Gungah dit avoir répondu à toutes les questions des enquêteurs de la CID. Ce qui lui permet, explique-t-il de repartir des locaux d’Abercrombie, « la conscience claire ». L’enquête démarrée par la Police au sujet de la fraude à la carte grise à la National Transport Authority a permis d’identifier 2000 détenteurs de cartes grises falsifiées. Le ministère de Nando Bodha encourage en ce moment les détenteurs de ces cartes grises à s’enregistrer à la NTA afin de régulariser leur situation.