Au Financial Reporting Council, on refuse de commenter une décision qui date de moins de 24h. Le conseil d’administration du FRC examinera la sanction imposée à PricewaterhouseCoopers par la Securities and Exchange Board of India (SEBI) avant de décider si elle prendra position sur la question. C’est ce que nous apprend une source chez le gendarme des auditeurs et garant du respect des normes dans le secteur du corporate reporting à Maurice.

PWC à Maurice ne commente pas l’affaire invoquant les enquêtes toujours en cours en Inde.

Tard, ce mercredi 10 janvier, l’autorité régulatrice de la Bourse en Inde a imposé une sanction inédite contre la branche indienne du géant mondial de l’audit. PwC n’aura ainsi pas le droit d’auditer les comptes des entreprises cotées sur la Bourse en Inde durant les deux années à venir. La sanction, qui doit être appliquée à partir de mars, est contestée par PwC qui a déjà signifié son intention de faire appel de la décision de la SEBI.

Le régulateur de la bourse en Inde reproche à PwC de ne ne pas avoir détecté une fraude d’une valeur de 1,7 milliard de dollars au sein de la défunte Satyam Computer Services. Celle-ci gonflait ses résultats financiers notamment en enregistrant 7 561 fausses factures.

La sévérité de la sanction, extrêmement rare à l’égard d’un des Big Four de l’audit international, a fait l’objet de nombreux articles dans la presse financière internationale depuis ce matin.

A Maurice, le travail des cabinets d’audit internationaux avait été critiqué dans le cadre du démantèlement du groupe BAI. Le rapport nTan sur le groupe de Dawood Rawat avait pointé du doigt le laxisme des auditeurs externes sur la situation financière du conglomérat.