Après le gel des comptes bancaires détenus par Quantum Global (QC) à Maurice, la société dirigée par Jean-Claude Bastos de Morais dit ne pas avoir pu honorer ses engagements aussi bien auprès de ses partenaires d’investissements que de leurs salariés. C’est à partir de Maurice que QC gère 7 fonds de placement opérant dans les domaines de l’infrastructure, de l’agriculture, de l’hôtellerie et des mines notamment.

Dans un communiqué émis ce 18 avril, QC indique que «plusieurs milliers d’employés à travers l’Afrique n’arrivent pas à percevoir leurs salaires, dont 30 membres du personnel à Maurice». Bastos de Morais estime que la suspension des permis d’opération de la société dans le secteur du global business à Maurice ainsi que le gel de ses comptes bancaires ne lui permettent plus d’honorer ses obligations auprès de ces partenaires. Ce qui «pourrait déboucher sur des litiges légaux et contractuels importants», explique le fondateur et président du Groupe QC.

Après une procédure initiée devant la Cour Suprême, le patron de QC dit d’ailleurs accueillir la décision de la justice mauricienne d’écouter la société de l’Angolais, la Financial Services Commission ainsi que la Financial Intelligence Unit, ce vendredi 20 avril. QC demande aux autorités locales de préciser les raisons qui ont mené à la suspension de ses permis d’opération et le gel de ses comptes bancaires à Maurice. A hier, ceux-ci étaient au nombre de 91, rapporte le Défi Media.

Le 7 avril, la FSC a demandé le gel des comptes que détient QC auprès de trois banques locales. La décision est intervenue après la suspension des permis d’opération de la société après le démarrage d’une enquête par les autorités angolaises suite à un transfert douteux de 500 millions de dollars. Une enquête pour détournement qui concerne également José Filomeno dos Santos, fils de l’ancien président angolais et ami de Jean-Claude Bastos de Morais.

Photo : Jean-Claude Bastos de Morais, fondateur de Quantum Global.

Quantum Global Communiqué de presse by ION News on Scribd