L’avocat du député MSM dénonce la « systematic adverse coverage » des médias à l’égard de son client. Gavin Glover estime donc que Raj Dayal n’aura pas droit à un procès équitable, car l’intérêt trop prononcé de la presse pour son client lui fait courir « des risques de préjudice ». Ce qui nécessite, selon l’avocat, l’arrêt du procès pour « bribing by public official » qui est intenté à l’ancien ministre de l’Environnement.

Le senior counsel a par ailleurs argué que la commission anticorruption n’a pas conduit adéquatement son enquête après l’audition de Raj Dayal, le 25 avril 2016. Glover affirme ainsi que le fait que l’Independent Commission Against Corruption n’a pas soumis certains documents de l’enquête à la poursuite constitue un motif suffisant pour radier les charges contre Dayal. Glover a également souhaité obtenir de la poursuite la liste de documents et les « exhibits » qu’elle entend présenter devant la Cour intermédiaire durant le procès.

Si la poursuite s’est opposée aux deux premières motions de Glover. Sa troisième requête  étant « a sensible suggestion », le représentant du directeur des poursuites publiques a demandé un délai d’une semaine pour confirmer sa position sur la question.

C’est ce 1er juin que les magistrats Niroshni Ramsoondar et Vijay Appadoo entendront à nouveau l’affaire.