Le Mauricien Mohamad Moosid Mohamedhossen figure sur la liste des personnes portées manquantes depuis les attaques terroristes contre deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. La Croix Rouge et le Croissant Rouge de la Nouvelle-Zélande indique qu’il n’a pas donné signe de vie depuis deux jours. Trois noms similaires au sien se trouvent sur cette liste. Il a la cinquantaine et il est le fils de Mooslim et de Hafiz Mohamedhossen.

La fusillade de Christchurch a fait 49 morts le vendredi 15 mars et le tireur, Brendon Tarrant, qui était lourdement armé, avait l’intention de continuer ce massacre, selon la Première ministre Jacinda Ardern. Le livestream de son attaque a été enlevé sur les principaux réseaux sociaux et Sky News Australia a été déconnectée dans l’archipel pour avoir pris la décision de diffuser ces images insoutenables qui semblent sortir tout droit d’une scène du jeu vidéo Call of Duty.

Jacinda Ardern a révélé ce samedi 16 mars que des enfants figurent parmi les victimes et qu’un enfant de deux ans de trouve aux soins intensifs. La Nouvelle-Zélande, dit-elle, interdira les armes semi-automatiques. Brandon Tarrant, 28 ans, a été inculpé de meurtre et il a souri aux médias lors de son passage au tribunal, se payant même le luxe de faire un signe propre aux nationalistes blancs.

Un des hommes interpellé vendredi parce qu’il était en possession d’une arme a été libéré. Il s’était armé pour se rendre chez lui lorsque la ville a été placée sous un couvre-feu. Une enquête est toujours en cours sur le couple arrêté à un barrage routier. 39 personnes ont été hospitalisées. 11 sont dans un état critique, dont un enfant de 4 ans qui a été transféré à Auckland.

La Bulgarie et la Turquie, de leur côté, ont annoncé l’ouverture d’une enquête sur Brandon Tarrant. L’Australien se serait rendu dans ces deux pays et dans les Balkans. Le chef de la diplomatie turque, a vivement critiqué des politiciens, notamment en Australie, pour leurs discours haineux contre les Musulmans après ces attaques.