Le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth a annoncé, ce lundi, une série de réformes visant à combattre la corruption. Il intervenait lors de la séance d’ouverture de la conférence des Petits Etats insulaires en développement sur les réformes anticorruption, à Balaclava.

« Maurice a montré, ces derniers mois, qu’elle est plus que jamais résolue et déterminée à combattre la corruption et autres mauvaises pratiques », affirme le Premier ministre. « Cela afin de préserver et de renforcer la confiance qu’a le public envers le gouvernement mais également dans le but d’accroitre la crédibilité de nos institutions ».

La Prevention of Corruption Act sera donc amendée pour mieux détecter et prévenir les cas de blanchiment d’argent. Une Financial Crime Commission sera également mise sur pied pour lutter contre la criminalité financière. Mais aussi limiter les risques d’exploitation de failles au niveau des institutions qui ont « mené aux récents cas de Ponzi », indique SAJ. Cette commission « facilitera la synergie et la coordination » entre la Financial Services Commission, le Financial Regulating Council, l’Asset Recovery Unit et la Financial Intelligence Unit.

Au rang de l’armada anti-fraude : une Fraud Act qui devrait, selon SAJ, permettre de pallier les « failles législatives ». Une Integrity Reporting Act viendra, quant à elle, poser le cadre de procédures administratives « appropriées » pour des « révélations d’intérêt public » tout en protégeant, autant que possible, l’identité des informateurs.

Sont aussi à l’agenda : l’adoption d’une Financing of Political Parties Act ainsi que d’une nouvelle Declaration of Assets Act visant les parlementaires et les fonctionnaires de haut rang, qui devront aussi se plier à un code de conduite à être introduit. Tandis que l’Electoral Supervisory Commission sera dotée de plus de pouvoirs pour sanctionner les « cas de fraude, de corruption de conflit d’intérêts en période électorale ». Mais aussi pour contrôler le financement politique et les abus d’autorité.

Le Premier ministre l’a rappelé lors de son discours inaugural à l’hôtel Le Méridien : la corruption est un crime qui évolue avec le temps et se transforme selon les circonstances. Elle ne peut toutefois être tolérée, insiste SAJ, sous quelque forme que ce soit.

Photo d’archives : Le Premier ministre sir Anerood Jugnauth a annoncé une série de mesures pour lutter contre la fraude et la corruption lors de l’ouverture d’une Global conference sur les réformes à être menées dans ce domaine. La conference de cinq jours est une initiative du United Nations Office on Drugs and Crime.