L’ancien chef d’Etat devait être interrogé aujourd’hui, à Nanterre, et ce dès très tôt ce matin. Finalement, Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue, cela dans le cadre de l’enquête menée par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales de la police judiciaire.

Les investigations portent sur un présumé trafic d’influence et de violation du secret de l’instruction. Suite à l’enquête ouverte sur le financement de la campagne présidentielle de 2007 de Sarkozy – à laquelle on soupçonne le dictateur libyen Mouammar Kadhafi d’avoir participé –, l’ex-chef d’Etat français de même que ses proches ont été mis sur écoute. Mais Nicolas Sarkozy pourrait avoir été mis au courant de son placement sur écoute.

En effet, les enquêteurs soupçonnent l’existence, au sein de la police et du système judiciaire, d’un « réseau » d’informateurs qui pourrait avoir livré des informations à Nicolas Sarkozy sur les procédures judiciaires le concernant.

L’avocat de l’ex-président français, Thierry Herzog, a également été placé en détention hier. Il en va de même pour deux hauts magistrats de la cour de cassation.

Les quatre hommes peuvent rester en détention pendant 24 heures, période qui peut être renouvelée une fois.

Cette affaire intervient alors que les rumeurs se faisaient de plus en plus persistantes sur un éventuel retour en politique de Nicolas Sarkozy.

Sources : Le Monde, Le Figaro – Photo: REUTERS/Philippe Wojazer via epicureweb.fr