L’audit externe des bilans financiers de 2015-2016 et de 2016-2017 de la National Insurance Company (NIC) est toujours en cours. Répondant à une question parlementaire du député Reza Uteem, le ministre des Services financiers Sudhir Sesungkur a expliqué que ce délai est dû à la nature complexe du transfert entre l’ex-BAI et la NIC.

Sudhir Sesungkur ajoute que la Financial Services Commission (FSC) a donné son accord pour que la date de soumission de l’audit externe soit étendue au 31 décembre 2017. Reza Uteem a alors voulu savoir pourquoi l’auditeur externe, Ernst and Young, n’a toujours pas soumis un «clean audit» car cela aurait dû être fait depuis juin 2016. Selon le ministre des Services financiers, les auditeurs externes préfèrent couvrir les deux années financières d’un coup.

Quelles sont les pertes encourues par la compagnie ? a ensuite voulu savoir Reza Uteem. Car selon le député, le conseil d’administration de la NIC a constaté une perte de Rs 240 millions l’an dernier et que des pertes d’environ Rs 500 millions sont à prévoir à juin 2017.

Le ministre des Services financiers a qualifié cette situation de «normale» car la NIC a hérité de «déficits». Comment la NIC est-elle supposée transformer ces pertes en profits du jour au lendemain ? a demandé Sudhir Sesungkur à Reza Uteem. «Zot, zot kapav!» a alors lancé Etienne Sinatambou.

«Rann patant!» lui lance alors Paul Bérenger, provoquant l’agacement d’Etienne Sinatambou et de Mahen Seeruttun qui demandent aux membres du MMM de se calmer.