Les vaccins tant attendus arrivent finalement ce week-end. Des 20 000 doses attendues, la moitié seront envoyées à Rodrigues, où l’épizootie de fièvre aphteuse s’est déclenchée. La vaccination des divers types de bétail pourra donc commencer dès ce lundi 22 août.

Au Parlement, aujourd’hui, Mahen Seeruttun a indiqué que la campagne de vaccination s’étendra sur 30 mois et se déroulera en quatre phases.

Les résultats des analyses effectuées en France et en Afrique du Sud révèlent que la souche responsable de l’épizootie sur notre territoire est de sérotype O, originaire du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud.

Pendant la campagne de vaccination, des échantillons seront prélevés régulièrement sur les animaux pour analyse et l’évolution de l’épizootie sera étroitement surveillée. « Si la situation est sous contrôle et que le territoire est exempt de maladie, l’interdiction d’importer des animaux de Rodrigues pourrait être levée avant la période de trois ans » obligatoire, a précisé le ministre de l’Agro-industrie.

Maurice bénéficiera de l’assistance technique de la Commission de l’océan Indien. Suite à une réunion aujourd’hui entre Seeruttun et le chef de l’Unité de veille sanitaire, il a ainsi été agréé que des vétérinaires de la région viendront prêter main forte à leurs confrères mauriciens durant la campagne de vaccination.

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture apportera aussi son aide financière et technique pour gérer cette crise. Et fera don de vaccins.

Si le souci immédiat est de contenir l’épidémie, il faut aussi déjà penser à la relance du secteur de l’élevage. Le Conseil des ministres, a déclaré Seeruttun, a décidé aujourd’hui de mettre en place un comité ministériel qui se penchera sur cela. Présidé par le ministre des Finances, Pravind Jugnauth, cette structure se penchera notamment sur l’assistance financière à apporter aux éleveurs pendant la période d’interdiction de l’importation de bétail de Rodrigues.

Durant cette Private Notice Question, Paul Bérenger s’est de nouveau inquiété des conditions d’abattage des animaux. Les images diffusées sur les réseaux sociaux montrant des bêtes égorgées au couteau avaient suscité de nombreuses réactions. Le ministre Seeruttun s’est de nouveau voulu rassurant, précisant que les méthodes d’abattage ont changé et que les animaux sont euthanasiés.

Pour ce qui est de la compensation à être accordée aux éleveurs, dit Seeruttun, l’Assemblée régionale de Rodrigues a décidé aujourd’hui d’aligner celle à être accordée dans l’île sur celle décidée pour Maurice.

Jusqu’à présent, 2 216 animaux ont été abattus à Rodrigues et 681 à Maurice, dont certains cette semaine à Highlands, Notre-Dame et, hier, à Terre-Rouge.

Photo d’illustration (crédit : enl.mu)