Un peuple qui perd sa mémoire perd son identité – François Mitterrand

On assiste, impuissant, au génocide d’une culture car avec chaque personne qui s’en va, on perd une partie de l’histoire orale. Fernand Mandarin était un des anges gardiens de l’Histoire chagossienne. Il était un des porteurs du flambeau de la communauté chagossienne comme tant d’autres d’ailleurs. Natif de Peros Banhos, il a été jusqu’à la fin de ses jours un chagossien-mauricien. Il était fier de son identité malgré les épisodes douloureux de sa vie. Reconstruire une identité et développer des racines dans un pays nouveau n’avait pas été chose facile pour lui ni pour ses compatriotes déracinés.

Il a été une source d’information inépuisable pour non seulement des journalistes, des académiciens mais aussi pour de nombreux Chagossiens en ce qui concernait l’histoire et la culture chagossienne. Un homme généreux, (parce qu’au fil des années on peut en avoir marre des politiciens et de la curiosité des académiciens) il a toujours ouvert sa porte pour partager sa connaissance et son héritage. Il était un ardent militant et a même fondé le Comité Social des Chagossien (CSC) en 1994 pour faire connaître l’identité de son peuple, reconnaitre qu’un crime a été commis et que les droits fondamentaux des chagossiens ont été bafoués. Différents groupes sont apparus au fil des ans pour promouvoir la cause chagossienne et Fernand Mandarin a été un des ‘patriarches’ respectés par la communauté.

Conteur, il ne se lassait jamais de partager son histoire et de répondre à la curiosité de ceux qui venaient l’interviewer. Hélas, il s’en est allé trop tôt comme beaucoup d’autres Chagossiens avant que justice soit faite…Certes, beaucoup d’acteurs et d’institutions reconnaissent l’acte illégale des Anglais avec la complicité des Américains mais il y a une autre étape importante à franchir pour que la bataille morale ait un dénouement juste…Elle doit survivre à la bataille légale et aux lenteurs institutionnelles pour que les Chagossiens aient le droit de retour. Beaucoup de combatants ont perdu leur vie et un autre les a rejoint le jeudi 13 octobre 2016…Fernand Mandarin!

Je me demande ce qui s’est passé concernant un des projets de Fernand Mandarin. La dernière fois qu’on s’était parlé, il n’arrivait pas à aller de l’avant à cause des retards institutionnelles. Il voulait préserver l’histoire chagossienne pour les générations suivantes…Il l’a d’ailleurs fait à travers la publication d’une partie de son passé et de cette mémoire collective de l’archipel des Chagos dans un ouvrage paru en 2016; “Retour aux Chagos – Fernand Mandarin raconte” mais point de musée pour l’instant pour partager l’histoire de l’archipel des Chagos.

Photo (droits réservés) : Fernand Mandarin