Le leader de l’Alliance Lepep avait dit son étonnement en constatant la popularité de Navin Ramgoolam auprès d’une partie de la population malgré toutes les critiques contre elle. Le leader du Parti travailliste a répondu avec véhémence à la critique de sir Anerood Jugnauth ce soir à Goodlands. Affirmant que « le sang qui coule dans [ses] veines » n’est pas celui d’un « vander ek betchwa [traître en bhojpuri] ».

Paul Bérenger a, lui, choisi la pédagogie pour expliquer que la 2e République sera synonyme d’avancée démocratique non seulement en rééquilibrant le pouvoir entre les deux têtes de l’exécutif mais également en conférant de nouveaux pouvoirs aux institutions indépendantes. Revenant sur le terrain politique, le leader du MMM a descendu en flammes les trois candidats adverses dans la circonscription, affirmant que d’une manière ou d’une autre, ils ont tous été recalés du MMM ou du Parti travailliste.