Certains des 150 licenciés de la Central Water Authority (CWA) auront le choix de ne pas être redéployés. Ce lundi 23 juillet, plusieurs possibilités ont été étudiées pour parvenir à une solution lors de la réunion du comité présidée par le secrétaire financier Dev Manraj. Outre un possible redéploiement, le comité qui réunit les syndicalistes Rashid ImrithReeaz Chuttoo et Alain Laridon s’est penché sur la question d’un Voluntary Retirement Scheme (VRS).

Rashid Imrith, président de la Federation of Public Sector and Other Unions, explique que le profil des ex-employés de la CWA a été étudié : âge, années de service, compétence. En ce qu’il s’agit des employés «over-aged», la solution du VRS est sérieusement considérée, avec la possibilité pour eux de recevoir un package. Pour le reste, il se pourrait qu’une partie des 150 licenciés soit redéployée dans une organisation étatique tandis que les autres pourraient rejoindre la CWA à nouveau.

Malgré ces possibilités, Iswarduth Guness, président de lUnion of Employees of the CWA (UECWA), trouve dommage que certains des ex-employés devront rejoindre une nouvelle organisation en tant que «novices» alors qu’ils ont des années d’expérience.

Une troisième réunion de ce comité est prévue ce mercredi 25 juillet. Alain Laridon annonce qu’une décision finale devrait être prise. Ce comité a été mis sur pied par le gouvernement afin que le syndicaliste Atma Shanto et sept employés licenciés de la CWA mettent un terme à leur grève de la faim, entamée le 10 juillet.

Photo : Des ex-General Workers de la CWA et le syndicaliste Atma Shanto lors de leur grève de la faim, il y a deux semaines.