La démission de Gérald Lincoln de sa fonction d’administrateur de l’ex-Bramer Bank n’en est pas vraiment une. Roshi Bhadain a affirmé, ce samedi, que c’est la Banque de Maurice (BoM) qui aurait demandé au Managing Partner d’Ernst and Young de se démettre. Le ministre de la Bonne gouvernance explique que la banque centrale aurait adopté cette position après l’obtention d’un avis légal du State Law Office sur l’opportunité de demander le gel du transfert des actifs de l’ancienne banque du groupe BAI à la National Property Fund Ltd.

Bhadain a estimé qu’ayant conseillé la Financial Services Commission sur la liquidation des actifs du groupe BAI, Gérald Lincoln aurait été au courant d’une somme d’information conséquente sur le travail du special administrator du groupe de Dawood Rawat. Or, pense le ministre de la Bonne gouvernance, l’expert comptable se serait mis dans une « relation conflictuelle » en demandant le gel du transfert des actifs de l’ex Bramer Bank en Cour suprême.

Selon Bhadain, Lincoln a été contraint de retirer son injonction sur ordre de la BoM. Toutefois, il dit ne pas comprendre pourquoi la demande de gel de Laïna Rawat, déposée à travers son avocat Shakeel Mohamed est un « copier-coller » de celle de l’expert comptable. Et au ministre de se demander « quels intérêts » sont protégés à travers cette action en justice. Car affirme Bhadain, les dépôts de Laïna Rawat ainsi que ceux d’autres membres de sa famille, ayant fait l’objet d’un ordre de gel de la Cour Suprême, ne peuvent pas être transférés vers la NPFL sans le feu vert de la justice.

C’est donc aux souscripteurs du Plan Super Cashback Gold qu’en appelle Roshi Bhadain. Estimant que l’action de Laïna Rawat compromet le remboursement des sommes qu’ils ont investies, le ministre leur demande « d’assumer leur responsabilité » en demandant des comptes à ceux qui bloqueraient le processus de remboursement. Le ministre assure dans la foulée qu’il rencontrera les souscripteurs au cas où ils souhaitent organiser une réunion d’information et de concertation.

Bhadain a confirmé que l’objectif du gouvernement était de procéder au décaissement de Rs 6 milliards d’ici juin au profit des anciens clients de BAI et de Bramer Asset Management. Yacoob Ramtoola, special administrator du groupe BAI, estime toutefois qu’avec l’action en justice de Laïna Rawat, le processus s’en trouve ralenti.