La Mauritius Bankers Association (MBA) indique qu’elle a pris connaissance du contenu du Mutual Evaluation Report (MER) de l’Eastern and Southern Africa Anti-Money Laundering Group (ESAAMLG). Rapport qui traite du cadre juridique et réglementaire mauricien au sujet de la lutte contre le blanchiment d’argent (AML Framework) et dont l’objectif est d’améliorer les normes contre la criminalité financière.

La MBA dit prendre «les pleines mesures de ce rapport et souligne également les changements successifs que les autorités mauriciennes ont apportés au cadre juridique. L’association tient aussi à souligner que des initiatives ont été prises par les banques commerciales de manière proactive» pour garantir l’adhésion du centre financier mauricien aux normes internationales les plus strictes.

La MBA précise que la plupart des banques présentes à Maurice ont mis en place un «modèle opérationnel intégré basé sur une gestion efficace du risque et que leurs procédures sont en conformité avec les meilleures normes internationales». La Mauritius Bankers Association ajoute que plusieurs banques ont d’elles-mêmes entrepris une évaluation des risques liés à la juridiction mauricienne. Laquelle est une recommandation de l’ESAAMLG.

La MBA se dit prête à collaborer avec la Banque de Maurice et d’autres organisations gouvernementales afin de mettre en place les recommandations du rapport de l’ESAAMLG et sur l’exercice d’évaluation nationale du risque «dans l’optique de maintenir la position de Maurice comme un centre financier répondant aux plus hautes normes internationales».

De son côté, la Bank of Mauritius a aussi émis un communiqué pour faire ressortir qu’elle continuera à collaborer avec la Financial Intelligence Unit, la Financial Services Commission, l’Independent Commission against Corruption et la Mauritius Revenue Authority ainsi que les organismes internationaux pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.