Le Fonds monétaire international (FMI) a répondu favorablement à la demande de Maurice qui sollicitait ses expertises afin de l’aider à développer une stratégie pour la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme – le National Anti-Money Laundering/Combatting the Financing of Terrorism (AML/CFT) Strategy – visant à lui permettre de se conformer aux recommandations de l’Eastern and Southern Africa Anti-Money Laundering Group (ESAAMLG).

Nadim Kyriakos-Saad, Assistant General Counsel du Financial Integrity Group du FMI a indiqué à l’hôtel du gouvernement l’arrivée prochaine d’une mission menée par Nadine Schwarz, Senior Counsel, en tant que Project Manager, et Kathleen Kao, durant la première semaine de décembre.

Il y a un mois, Port-Louis est allé de l’avant avec la modification de dix-huit textes de lois après avoir contesté le « Mutual Evaluation Report » (MER) de l’ESAAMLG qui avait mis en doute sa crédibilité en tant que centre financier. L’exercice visait également à permettre aux lois mauriciennes de conformer aux normes internationales relatives au blanchiment et la lutte contre le financement du terrorisme.