Après les avocats Samad Goolamaully et Ashley Huranghee hier, Riaaz Gulbul est de nouveau attendu ce vendredi 19 octobre au Central Criminal Investigation Department (CCID). Cela dans le cadre de l’enquête initiée par le Task Force mise sur pied pour se pencher sur les conclusions de la Commission d’enquête sur les drogues présidée par l’ex-juge Paul Lam Shang Leen. Fils du frère de l’avocat Raouf Gulbul, il a travaillé comme Clerk pour ce dernier pendant de longues années et a formulé de graves allégations contre lui devant la Commission d’enquête l’an dernier.

Riaaz Gulbul a déjà avancé des éléments auprès de l’Independent Commission against Corruption (ICAC) qui démontreraient que son oncle aurait poussé la trafiquante de drogue Parveeza Jeeva à changer de version afin de ne pas impliquer le caïd emprisonné Peroomal Veeren, considéré comme le parrain des parrains du trafic de stupéfiants à Maurice. La déposition du jeune homme est considérée comme cruciale, car il serait celui qui était au courant des sommes d’argent perçues par l’ancien candidat du Mouvement socialiste militant (MSM) dans la circonscription n°3 aux dernières législatives.

La Commission d’enquête sur les drogues a qualifié Raouf Gulbul de «black sheep» et mentionne des allégations de l’ex-condamné Zacharie Bottesoie et de la détenue Parwiza Bibi Jeeva contre lui. Ces deux trafiquants allèguent qu’il les a incités «devire lanket» en échange d’une grosse somme d’argent afin de ne pas impliquer les caïds Rajen Velvindron et Peroomal Veeren. Paul Lam Shang Leen considère que Raouf Gulbul a manqué à l’éthique en étant à la fois l’homme de loi de Parwiza Bibi Jeeva et de Peroomal Veeren.

Le rapport de la Commission d’enquête accorde du crédit aux allégations du caïd emprisonné Siddick Islam, alias Ti Nerf : il a déclaré avoir versé un total de Rs 25 millions à des avocats dont les noms lui auraient été suggérés par Raouf Gulbul. La Commission prend également en considération des allégations de l’ex-trafiquant de Subutex Sada Curpen, notamment sur le financement de la campagne de Raouf Gulbul sous la bannière de l’Alliance Lepep.

L’équipe de campagne de l’avocat était alors dirigée par le tandem Ashley Huranghee/Samad Golamaully. Laquelle se restaurait gratuitement chez Gloria Fastfood dirigée par Shahebzada Azaree. Elle disposait également de facilités auprès de Khalil Ramoly, blanchisseur allégué de Siddick Islam. Raouf Gulbul réfute, lui, toutes ces allégations.