Follow Us On

Slider

Combien de fois n’avez-vous pas entendu l’expression ? Surtout de la bouche d’une personne se vantant de ses prouesses au volant. Et par «prouesse», il faut aussi fatalement comprendre un dépassement dangereux, une queue de poisson, un passage à un feu rouge ou un refus de priorité. Le «sofer» se permet généralement toute sorte d’entorses au code de la route ou tout simplement au savoir-vivre dans la circulation. Au simple motif qu’il est «enn sofer» maîtrisant son véhicule, il est persuadé qu’il peut se sortir de n’importe quelle situation difficile. On sait sur quoi débouche ce manque de discernement. Parfois par une voiture évidée de son moteur et de la vie de son conducteur !

En émettant une opinion sur l’attitude «zanfan malelve» d’un certain nombre de conducteurs à Maurice, Georges Chung s’est attiré les foudres des hurleurs des réseaux sociaux. L’argumentaire du membre du conseil d’administration du Metro Express Ltd est simple et tient la route. Pourquoi mettre des barrières aux intersections de la voie du Metro Express avec la route ? Car après tout, les rames circulent à vitesse réduite à ces endroits-là. Et, surtout, des feux et un marquage spéciaux y régulent déjà le trafic.

Chung estime que placer des barrières à ces endroits équivaut à céder devant les «zanfan malelve». A nier l’idée qu’on peut – et qu’on doit pouvoir – compter sur le sens de la responsabilité de chaque conducteur. Plutôt que de les contrôler tous et activement, comme on le fait pour des enfants en bas âge, de facto présumés turbulents. On ne peut qu’être d’accord avec l’économiste sur le fond. Mais dans la forme, ne pas installer de barrières à ces intersections revient à prendre un pari très risqué.

Pourquoi ? A cause de la police !

Nous ne voulons nullement dire que la police a désormais la vocation d’agir, ad vitam, comme gardienne des intersections rails-route. Mais plutôt que c’est l’action – ou plutôt l’inaction coupable – de la police qui a favorisé l’essor de plusieurs générations de «zanfan malelve» sur nos routes. Les forces de l’ordre communiquent et donnent l’impression d’agir que par rapport à une sorte de sainte trinité des contraventions : l’excès de vitesse, la conduite en état d’ivresse et le téléphone au volant – mains libres ou pas.

La parade (policière) est toute trouvée par rapport à l’accusation qui va suivre. La police ne peut se trouver en tous lieux à tout moment. C’est donc pourquoi vous n’avez probablement jamais, ou alors seulement de manière exceptionnelle, vu la police sévir face à certains comportements quotidiens. Comme les «malins» qui dépassent tous les autres par la file d’extrême gauche pour se rabattre dans d’autres files à des ronds-points. Comme les daltoniens par choix qui semblent toujours passer deux bonnes secondes après le passage au rouge d’un feu de signalisation. Ou encore, comme ces as du volant qui ont toujours la priorité, même quand ils se trouvent en face d’un panneau stop à la jonction avec une artère principale d’une grande agglomération.

Il y a deux points communs à tous ces comportements et agaçants actes d’incivisme du quotidien. D’abord, l’idée que les policiers étant occupés ailleurs, ces petites entorses sont acceptables… selon la logique pas-vu-pas-pris. Ensuite, cette satanée croyance en ses capacités de «sofer» qui conduit ces conducteurs irresponsables à penser que leur dextérité au volant peut les sortir de toutes sortes de situations épineuses, voire dangereuses, sur la route.

C’est ce qui explique pourquoi demain, sans barrières aux intersections rail-route, des «sofers» se diront qu’ils ont amplement le temps de traverser avant que le Metro Express ne passe. Même quand la première rame aura culbuté la première voiture ou moto, on trouvera toujours assez de «sofer» pour arguer que le Metro Express roulait trop vite. Ou que le conducteur de la voiture n’était pas «enn sofer», car s’il en était un, il serait passé sans ambages.

Bon gré, mal gré, Georges Chung et tous ceux qui pensent comme lui doivent se résigner à laisser gagner les «zanfan malelve» aux intersections rail-route. Le problème toutefois, c’est que si la police continue à être aussi laxiste, elle fera aussi gagner les «sofer zanfan malelve» partout ailleurs…

Facebook Comments