Le leader de l’opposition estime que le récent témoignage d’un fonctionnaire au sujet de l’affaire Medpoint doit conduire le Directeur des poursuites publiques à rouvrir le volet politique du dossier. Pour Xavier Duval, ce témoignage dans le procès qu’intente la commission anticorruption contre les cadres du bureau de l’évaluation met aussi en cause la Speaker de l’Assemblée nationale. Qui était ministre de la Santé au moment où certaines procédures pour l’acquisition de la clinique Medpoint avaient été enclenchées.

Le leader de l’opposition a également passé en revue ses dernières Private Notice Questions au Parlement. Duval s’est notamment inquiété de la prolifération de compagnies ayant l’Etat pour principal actionnaire. Cette méthode constitue une entorse à la démocratie parlementaire et aux principes de la gouvernance, pense Duval, en rappelant que ces entreprises ne sont pas soumises au contrôle du bureau de l’Audit. Et que les ministres de tutelle peuvent décider de ne pas répondre à des questions sur ces entreprises en invoquant leur statut privé.

Duval réclame également la démission de Prem Koonjoo, dans le sillage de sa PNQ d’hier axée sur l’aquaculture.