Elle a quitté Paris il y a trois ans pour venir vivre sous le soleil mauricien. Noémie Barragan, 28 ans, est une amie des animaux. Chiens, chèvres, chevaux et un cochon font partie de sa vie. Son amour pour les animaux l’a poussé à adopter Dodo, un chien errant brûlé vif par un individu à Sainte-Croix, à Port-Louis, au lendemain de Noël.

Après avoir lancé le mouvement «Je suis Dodo», Noémie s’attèle à lui prodiguer ses traitements cinq fois par jour. Dodo devra cependant vivre avec des séquelles, ayant perdu la vue et l’ouïe. Il était, par contre, hors de question pour la Française d’abréger les souffrances du chien. «Il a envie de se battre», dit-elle.

Alvin Sohun, psychologue canin et co-fondateur de La Meute de Zion, explique que l’euthanasie devrait être utilisée uniquement dans les cas où l’animal ne pourra survivre. Del Ghurburrun, directeur général d’Animalia, fait ressortir qu’une euthanasie est souvent pratiquée sur les chiens extrêmement agressifs et dangereux.