Le rapport de PwC intitulé African insights Hotels Outlook: 2017–2021 prévoit une croissance de 7,8% dans les arrivées touristiques à Maurice en 2017. Cela contre une croissance de 10,8% en 2016.

Ce rapport, qui analyse le secteur touristique pour Maurice, l’Afrique du Sud, le Nigéria, la Tanzanie et le Kenya, attribue cette hausse au nombre de vols directs et aux investissements du gouvernement mauricien dans le secteur. Il ne prévoit cependant pas de croissance à deux chiffres pour cette année, contrairement au ministre du Tourisme Anil Gayan.

PwC prévoit même le maintien de la tendance baissière jusqu’en 2021, passant de 5,5% en 2018 à 3,2% en 2021 (avec 1,6 million d’arrivées attendues).

Une amélioration de l’économie globale devrait toutefois soutenir l’activité touristique sur notre sol.

Concernant les arrivées, l’Europe demeure notre marché principal en 2016 avec 58% de touristes, soit 734 506 vacanciers, et une hausse de 16,3 %. Comme les années précédentes, la France se positionne en tête avec 21% des arrivées, soit 271 963.

L’Espagne, les Pays-Bas et l’Allemagne ont enregistré les meilleures hausses avec 52,8%, 45,5% et 37,9% d’arrivées respectivement.

Le marché russe est moins performant, avec une chute de 18,5% des arrivées pour l’année écoulée. En cause, selon PwC : la faiblesse de l’économie du pays que préside Vladimir Putin et la dévaluation du rouble, qui augmentent le coût des voyages.

L’Afrique se positionne comme le deuxième plus gros marché avec 146 203 arrivées en 2016 et une hausse de 16%.

Tout comme pour la Russie, les arrivées de touristes chinois sont en baisse. 79 374 arrivées enregistrées en 2016, ce qui représente une baisse de 11,4 %. S’agissant de l’Asie, l’Inde devance le marché chinois avec une hausse de 14,6% de ses ressortissants en visite chez nous (82 670).

Maurice a aussi enregistré 19 766 arrivées du continent américain, soit une augmentation de 10.5 %.

Le rapport de PwC note que le marché mauricien devient plus compétitif avec l’essor des plateformes collaboratives de réservation de logements privés telles que Airbnb. Une croissance continue de ces plateformes dans les prochaines années viendra, toutefois, réduire le taux d’occupation dans les hôtels et diminuer la pression sur les tarifs des chambres d’hôtels, prévient la firme. D’autant que seuls trois hôtels devraient ouvrir leurs portes d’ici les cinq prochaines années.

Le taux d’occupation a augmenté de 9% en 2016 et devrait croître par 1,3 point d’ici 2021.

Selon le rapport, le taux d’occupation connaîtra une hausse de 3.2 % en 2017 passant de 75.3% à 78.5%.

Le revenu des hôtels devrait augmenter par 6,2% composé annuellement d’ici 2021, soit la croissance la plus basse des cinq pays africains à l’étude.

Lire le rapport de PwC ici.