Follow Us On

Slider

Une employée de The Residence Mauritius a, certes, reçu trois avertissements pour avoir porté le tika. Mais la direction s’est engagée à ne prendre «aucune action disciplinaire» pour l’heure, une enquête étant en cours au niveau du ministère du Travail. Et la Commission de conciliation et de médiation ayant également été saisie. Une audition est d’ailleurs prévue ce vendredi 20 avril.

La direction de l’établissement de Belle-Mare maintient également «le statu quo» quant au port du tika, est-il indiqué dans un communiqué circulé le 18 avril. «Aucun changement n’est donc à prévoir tant que la Cour ou toutes autres instances judiciaires saisies par le ministère du Travail n’auront pas statué sur toute la question», poursuit The Residence Mauritius. En assurant «respecté toutes les traditions qui font partie de la culture ancestrale des citoyens de notre pays».

La direction de The Residence a été entendue «under warning» ce mercredi 18 avril au bureau du Travail, à Port-Louis. Elle y a maintenu sa position, soit l’interdiction du port du tika à l’ensemble de son personnel. Un règlement «discriminatoire» et «anticonstitutionnelle», selon le State Law Office.

Le ministre du Tourisme Anil Gayan a, hier, appelé la direction de l’hôtel à revoir son «intransigeance». Expliquant que l’interdiction de porter le tika n’a pas lieu d’être hors cuisine et zones de restauration.

Le ministère du Travail a signifié son intention de saisir la Cour si l’hôtel maintient sa position.

La Fédération des travailleurs unis compte, elle, manifester devant l’établissement ce vendredi 20 avril.

Tika interdit : L’hôtelThe Residence s’engage à ne prendre «aucune action disciplinaire» en attendant la fi… by ION News on Scribd

Facebook Comments

1er étage, Bâtiment Jamalacs,
Rue du Vieux Conseil, Port Louis

Rédaction : [email protected]
Publicité : [email protected]

Téléphone :  212 75 90
Fax :  212 74 91

More in Main sliders, News
[Vidéo] La police forme les receveurs et chauffeurs à faire face aux passagers violents

Ils étaient une trentaine à écouter avec attention les explications de la police pour gérer les passagers violents ou même...

Close