L’ex-ministre de l’Egalité des genres Roubina Jadoo-Jaunbocus a finalement juré son affidavit ce vendredi 10 août relativement à sa demande de «Judicial Review» sur les conclusions la concernant dans le rapport de la commission d’enquête sur les drogues. La députée du Mouvement socialiste militant (MSM) accuse la commission d’enquête présidée par l’ex-juge Paul Lam Shang Leen de n’avoir pas fait preuve d’impartialité en se penchant sur les allégations portées contre elle.

Elle souligne également le traitement réservé à l’une de ses consœurs du barreau, telle qu’elle l’a déclaré lors de son point de presse à l’issue de sa démission. «The Commission is manifestly biased in its test to determine whether Counsel’s visits to prisoners is solicited or not in as much as the said test is not uniformly applied to all Counsel. The test is thus partisan and achieves double standards», précise-t-elle au paragraphe 54.

«The Commission is manifestly biased in its test to determine whether Counsel’s visits to prisoners is solicited or not in as much as the said test is not uniformly applied to all Counsel. The test is thus partisan and achieves double standards», fait ressortir Roubina Jadoo-Jaunbocus. Elle détaille son travail d’avocat, ses visites auprès des détenus et explique n’avoir pas eu l’occasion de contre-interroger la dénommée Maria Cupidon qui l’accuse d’avoir pris Rs 50 000 pour les remettre au trafiquant africain Jackson Kamasho.

Roubina Jadoo-Jaunbocus veut également avoir accès aux éléments démontrant qu’elle a été en contact téléphonique avec le caïd emprisonné Peroomal Veeren ou un autre prisonnier. Et qu’elle a effectué des «unsolicited visits» à des prisonniers, qu’elle a donné la possibilité à des trafiquants de drogue d’échanger des informations, des cartes SIM ou d’autres articles prohibés en milieu carcéral. Voire des preuves de blanchiment.

Commission d’enquête sur la drogue-Roubina Jadoo-Jaunbocus affidavit by ION News on Scribd