Les annonces publicitaires sont diffusées sur les radios mauriciennes et publiées dans la presse écrite depuis une semaine. Le gouvernement britannique compte organiser, cette année, un voyage pour les Chagossiens sur l’archipel.

Une initiative à laquelle Olivier Bancoult ne souscrit pas. Le leader du Groupe Réfugiés Chagos (GRC) l’a d’ailleurs fait savoir publiquement.

Le GRC fera connaître sa position officiellement après l’assemblée générale de ce dimanche 9 avril, à Pointe-aux-Sables.

L’Etat mauricien salue d’ailleurs cette prise de position car il ne voit pas d’un bon œil ce projet. Dans un communiqué émis cet après-midi, Maurice « objecte fermement au programme de visites » que les Britanniques veulent arranger.

Port-Louis « déplore » le fait que cette initiative « unilatérale » du gouvernement britannique intervient à peine trois semaines après les dernières discussions entre les deux pays sur les Chagos. Une rencontre, début mars, qui s’était terminée en eau-de-boudin et dont le but ultime est le retour de l’archipel au gouvernement mauricien.

Cette récente action de Londres, estime Maurice, est en contradiction avec l’appel du Royaume-Uni pour « instaurer un climat de confiance ». Sans compter, poursuit le bureau du ministre mentor, chargé du dossier Chagos, qu’elle est « en violation manifeste » du jugement du Tribunal de la mer.

Et parce qu’elle reconnaît les Chagos comme faisant partie intégrante de son territoire, la république de Maurice estime que toute action du gouvernement britannique vis-à-vis de l’archipel contrevient au droit international. Cela inclut, précise le communiqué, le fonds d’aide de 40 millions de livres sterling dont fait partie ce programme de visites.

Si la date de cette « visite du patrimoine » n’a pas encore été communiquée, ceux intéressés ont jusqu’au 18 avril pour se faire enregistrer.

Lire le communiqué en intégralité ici (PDF).

Photo (via Wikipedia) : Des mouettes sur l’île du Sud.