Airway Coffee a admis avoir cumulé des dettes. «We need say no more», écrivent le Chef juge Keshoe Matadeen et le juge David Chan Kan Cheong dans leur jugement rendu aujourd’hui rejetant l’appel de l’entreprise. L’ancienne société de restauration fondée par Rakesh Gooljaury avant de passer sous la direction de Nandanee Soornack contestait sa mise en liquidation, ordonnée en 2016 suite à la demande d’Airports of Mauritius (AML) et Airport Terminal Operations Ltd (ATOL).

Airway Coffee avait notamment argué que la juge Rehana Mungly avait eu tort de conclure que l’entreprise avait des soucis de liquidités et qu’elle avait «persisté dans son refus de payer» les «concession fees» mensuelles, incluant le loyer. AML avait refusé de mettre à exécution l’accord ratifié en 2014 pour le remboursement de plus de Rs 80 millions de dettes sur une échéance de deux ans, avait contré l’entreprise de restauration.

«Merely offering to pay its debts by way of a lump sum and of instalments vover 2 years without anything more, after having been unable to pay for a number of years, was certainly not enough», estime la Cour suprême.

ATOL avait résilié le bail d’Airway Coffee le 6 mai 2016 suivant le non-paiement des sommes que l’entreprise lui devait ainsi qu’à AML. Le rideau est définitivement tombé sur les trois restaurants que gérait celle-ci à l’aéroport de Plaisance en début 2018.

Photo d’archives

Airway Coffee perd son appel contre AML et ATOL – 25 Septembre 2018 by ION News on Scribd