Depuis quelques semaines, des questions ont surgi suite à des transactions boursières sur New Mauritius Hotels.

Les deux premiers ont acquis des actions de New Mauritius Hotels le 19 janvier dernier, voyant ainsi leurs parts dépasser le seuil des 30% de l’actionnariat. Or, selon les Securities (Takeover) Rules 2010, ENL Land et Rogers se voient dans l’obligation de faire une offre d’achat obligatoire.

Rezistans ek Alternativ (ReA) a d’ailleurs sollicité l’intervention de la Financial Services Commission (FSC) dans cette affaire, la mandatory offer devant intervenir aujourd’hui, 20 février. ReA a, entre autres, demandé au régulateur de déterminer s’il y a eu action concertée pour l’acquisition de ces actions, effectuée par ces compagnies à quelques minutes d’intervalles juste avant la clôture du marché.

Le parti au papillon souhaitait aussi que l’offre obligatoire d’acquisition soit suspendue pendant la durée de l’enquête.

La FSC dit suivre cette affaire de près depuis février 2016, alors que des rumeurs couraient que NMH devrait faire face à une offre publique d’achat.

Selon les éléments et informations réunis jusqu’ici, la FSC estime qu’« il n’y a pas eu de violation des Securities (Takeover) Rules 2010 ».

Lire le communiqué de la FSC ici.

Photo : Le Victoria Beachcomber fait partie des établissements du groupe New Mauritius Hotels.