Le rapport « Tax Battles » est truffé d’« idées fausses » et de « perceptions erronées ». C’est ce qu’affirment en chœur la Financial Services Commission (FSC) et la Financial Services Promotion Agency (FSPA) dans un communiqué conjoint, émis à la mi-journée.

Le document signé Oxfam classe Maurice 14au classement mondial des paradis fiscaux. Une allégation « infondée », soutiennent le régulateur et l’agence de promotion de notre secteur des services financiers.

Les deux en veulent pour preuve le fait que le pays a adopté tous les standards internationaux en matière fiscale. Maurice, qui prône un modèle de juridiction de substance, pratique « depuis toujours une politique de transparence et d’échange d’informations ».

Autres points soulevés : le régime fiscal adopté applique un impôt uniforme (15%) dans le cadre d’un système transparent. Celui-ci, soutiennent les deux organismes, garantit des conditions de concurrence équitables et un taux d’imposition compétitif pour les entreprises et les individus.

Maurice, font également ressortir la FSPA et la FSC, est un centre financier international « responsable » et qui « collabore pleinement ». Le pays est d’ailleurs signataire de divers accords et conventions, dont l’Intergovernmental Agreement with the United States for the implementation of the Foreign Accounts Tax Compliance Act.

Le communiqué rappelle aussi que le pays a favorisé des investissements étrangers de qualité en Afrique. Maurice, relève les deux institutions, est d’ailleurs en tête des pays africains sur divers classements, dont celui de Mo Ibrahim pour la bonne gouvernance et le World Economic Forum Global Competitiveness Report.

Des milieux proches de la FSPA, on laisse entendre que celle-ci n’accorde que peu de crédibilité à ce rapport qui serait à mettre sur le compte de lobby d’autres juridictions.

Lire le communiqué conjoint de la FSC et de la FSPA ici (pdf).